Un mauvais projet

  • Ce projet de contournement, ressorti des tiroirs, est dépassé, les communes traversées s'étant grandement développées en l'espace de 50 ans.

  • Placé en bordure immédiate de la ville de Morges, ce contournement autoroutier ne ferait qu'étendre le problème de cette ville à toute la région.

  • Il créerait une seconde balafre dans le paysage, Morges continuant à être coupée par la voie CFF et le tracé de l'autoroute actuelle, transformée en boulevard urbain. Morges serait ainsi prise en tenailles.

  • Au lieu d'encourager une mobilité plus réfléchie, il amènerait du trafic et des nuisances supplémentaires dans toute la région.

  • Son coût – 3 milliards – serait disproportionné sachant que les ralentissements se limitent aux heures de pointe et qu'il ne ferait que déplacer une partie du trafic de 1 km. (Depuis l'ouverture de la bande d'arrêt d'urgence - BAU - entre Morges et Ecublens, ces ralentissements ont même pratiquement disparu).

  • N’étant que partiellement enterré, il détruirait une périphérie préservée – rivières, zones naturelles, forêts, terres agricoles, coteaux viticoles, zones de détente – qui contribue largement à l'attrait de la région morgienne.

  • Ce projet est à contre-courant car il ignore les problèmes d'énergie et d'environnement.
    De plus, l'Ofrou en justifie le besoin par l'hypothèse simplificatrice d'une croissance continue du trafic durant les 20 prochaines années.

  • Ce projet ne résout rien, car les bouchons se formeront ailleurs, par exemple à l'ouest de Morges et à l'entrée des villes.